• Le palissandre (rosewood)

         Le palissandre de Rio appelé aussi Jacaranda au Brésil est abondamment utilisé jusqu'en 1966. À cette date, un embargo brésilien interdit au rio de sortir du territoire sous formes de grumes. Il fut pour la plupart transformé en placages pour l'export, le créneau des pianos, billards, tabletteries, exploitait depuis longtemps cette essence sous cette forme. Malheureusement pour la lutherie, la filière était rompue. On continua de trouver du palissandre de rio, mais cela resta très confidentiel. Quelques années plus tard, un coup d'arrêt quasi définitif survint avec la convention de Washington. Elle interdit toute exploitation et commerce des matériaux naturels en voie de disparition comme le corail, l'écaille de tortue, l'ivoire et notre palissandre de Rio. Modifiée par quelques décrets, seuls les stocks déclarés datant d'avant la convention sont aujourd'hui utilisables. Actuellement, sa rareté est telle qu'une fourniture d'exception se négocie aussi cher qu'une très belle guitare en palissandre indien. À remarquer que l'interdiction au négoce de cette merveille de la nature n'empêche ni sa préservation ni d'ailleurs la disparition de la forêt amazonienne, le crime n'étant pas de couper un arbre, bien au contraire, le crime étant de ne pas le replanter.

    Depuis 1966 et cette grande difficulté à exploiter le Rio, les fabricants trouvèrent un bois de remplacement en provenance des Indes. Souvent des arbres de fort diamètre, il est relativement facile à exploiter par des coupes sur quartier. Moins dur que le Rio, il est aussi moins spectaculaire visuellement. L'immense production planétaire oblige aujourd'hui à trouver des palissandres ailleurs qu'aux Indes. On a vu apparaître ainsi des bois en provenance d'Amazonie, du Honduras et depuis peu de Madagascar.

         Les caractéristiques sonores
         Le palissandre, bois dur et poreux, génère la tessiture la plus large : des graves importants, gras, chaleureux et des aigus brillants ; un son tournant avec une grande harmonisation de l'accord comparable au piano. Le Rio ou le Madagascar, plus dur que l'Indien ou le Honduras, est plus riche en harmonique.

  • L’érable (maple)

         Comme l'acajou, il existe de nombreuses variétés d'érable. En Europe, les luthiers utilisent le sycomore en général ondé quand il est coupé sur quartier, avec des dessins en « ailes de papillon » quand il est sur dosse. L'Amérique avec le soft maple, le hard-rock maple, le big-leaf maple... possède également de magnifiques érables pour la lutherie. À la différence de notre sycomore très blanc, l'érable US est plus crémeux et possède souvent des veines légèrement rougeâtres. On y trouve des dessins typiques comme l'érable moutonné (quilted maple) et l'érable moucheté (bird's-eye maple).

         Les caractéristiques sonores

         L'érable, bois dur non poreux, le plus brillant, il donne des aigus cristallins de clavecin, des basses métallisées et claires, un son linéaire avec du détaché et un excellent sustain tout en finesse.

     

  • L’acajou (mahogany)

         Bois mi-dur largement utilisé par la corde acier pour les manches et la caisse, l'acajou en provenance du Honduras est le plus agréable à travailler. Sa douceur de fibre, sa légèreté, sa stabilité en font un bois idéal pour les guitares. Entre les catastrophes climatiques, le désordre politique, il n'arrive pratiquement jamais en Europe et devient très rare sur le marché américain. Actuellement, on utilise plutôt des bois du Brésil, du Pérou... Excellents dans l'ensemble mais d'une qualité moins régulière. L'industrie ne travaillant ces bois que pour le haut de gamme, elle s'approvisionne également en Afrique. On y trouve de nombreuses variétés d'acajou, le plus utilisé étant le sapelli pour les guitares de premier prix. Il est quand même possible d'y trouver des acajous d'exception comme ce bel exemple de makoré moutonné.

         Les caractéristiques sonores

         L'acajou, mi-dur et légèrement poreux, apporte des basses chaudes avec peu de sustain. Les aigus sont doux, les médiums très présents, assez détachés dans la structure de l'accord. On a un son « folk » un peu creusé, une ambiance blues, une attaque forte provoque une légère saturation.

 
    • http://redirect.niloo.fr/gc/sites/default/files/imagecache/image_gab_3/atelier/pallissandre-rio.jpg
    • http://redirect.niloo.fr/gc/sites/default/files/imagecache/image_gab_3/atelier/pallissandre-inde.jpg
    • http://redirect.niloo.fr/gc/sites/default/files/imagecache/image_gab_3/atelier/dos-guitare3.jpg
    • http://redirect.niloo.fr/gc/sites/default/files/imagecache/image_gab_3/atelier/erable-onde4.jpg
    • http://redirect.niloo.fr/gc/sites/default/files/imagecache/image_gab_3/atelier/erable5.jpg
    • http://redirect.niloo.fr/gc/sites/default/files/imagecache/image_gab_3/atelier/erable-onde1.jpg
    • http://redirect.niloo.fr/gc/sites/default/files/imagecache/image_gab_3/atelier/erable-mouchete.jpg
    • http://redirect.niloo.fr/gc/sites/default/files/imagecache/image_gab_3/atelier/acajou.jpg
    • http://redirect.niloo.fr/gc/sites/default/files/imagecache/image_gab_3/atelier/acajou_pomele.jpg